Test Elite Beat Agents

Elite Beat Agents n’est rien d’autre que la version américano-européenne de Ouendan, sorti  sur le territoire du soleil levant il y a désormais plus d’un an. Apres moult invocations et autres sacrifices humains aux Dieux de Tokyo, Nintendo décide donc de gratifier nos chères têtes blondes d’une version adaptée à leur goût.

Principes d’Elite Beat Agents

Mais revenons sur le principe de Ouendan. A l’instar d’un Parappa The Rapper où l’on vous demande d’appuyer sur les touches de la manette en rythme, Elite Beat Agents vous demandera cette fois d’utiliser votre stylet de manière plus intelligente. Vous devrez donc non seulement suivre le rythme de la chanson, mais aussi savoir quelle partie vous jouerez. En effet, vous pourrez parfois jouer la percussion et parfois suivre tout simplement le rythme de la voix. Parfois même les deux…Hého ! Revenez, ne vous inquiétez pas, c’est très simple !! Si vous savez compter jusqu’à 10, vous ne devrez avoir aucun problème pour suivre les musiques. En effet, vous verrez apparaître des numéros de certaines couleurs qui formeront donc des suites avec une auréole rapetissant jusqu’à vous dire quand taper. Il y aura de simples numéros, mais aussi des formes géométriques à suivre avec le stylet et même des tourbillons ! Chaque numéro loupé se verra gratifié d’une croix et la jauge de vie située en haut de votre écran se réduira alors comme peau de chagrin. Voilà pour le concept Ouendan.

Elite Beat Agents arrive donc avec une nouvelle robe moins japonisante. Les fans de J-Pop et de No-Life TV seront donc super triste, mais les autres n’y verront que du feu. Car oui mes chers amis, les chansons sont ici portées sur des goûts plus « mondiaux » : Jamiroquai, Avril Lavigne, Madonna, Sum 41 ou encore Village People feront partie des groupes que vous rencontrerez au fil de vos aventures. Quelles aventures ? Et bien celle des Agents d’Elite du rythme ! Je vous ai pas raconté ça ?  J’étais à Porto Rico dans une petite case faite de boue et de racines de manioc quand soudain, El tigro blanco des steppes de Mongolie détruisit ma case. Arrivèrent ensuite une demie-douzaine de requins (oui… six…) qui voulurent capturer Rodrigo et l’offrir en sacrifice au grand Tatunga ! Pris de panique je criai à l’aide dans un français impeccable ! Et c’est là que les Agents du Rythme me sauvèrent la vie au gré d’une danse effrénée…Voila ! C’est un peu ça Elite Beat Agents…

Vous ferez un tour du monde en venant à l’aide de personnes ayant des problèmes plus ou moins loufoques. De part votre danse, vous parviendrez à résoudre leurs problèmes. La danse se compose généralement en trois parties. Si vous dansez parfaitement, vous marquez des points qui vous permettront d’accomplir les actes avec succès. Dans le cas contraire, vous verrez vos personnages s’enfoncer dans les méandres de leurs problèmes… Techniquement, le jeu est très agréable. Réalisés sous forme de BD animés, les scénarios plus loufoques les uns que les autres sauront vous faire sourire. Les Agents sont bien animés et les différentes couleurs représentées à l’écran vous permettront de mener à bien le flot de missions qui vous seront proposées. Niveau musiques, plusieurs style : rock, punk, disco, techno, tous seront de la partie pour plaire au plus grand nombre. Ajoutez a cela une difficulté croissante, une durée de vie sympathique et vous verrez que vous ne pourrez rapidement plus vous passer d’Elite Beat Agents.

Note du jeu 8.5/10

Elite Beat Agent fait enfin son apparition sur notre bon vieux continent. Du fun à l’état pur,  une utilisation du stylet très bien pensée et pas mal de diversités afin de s’éclater sans complexes. En espérant un bon petit succès commercial, afin de voir débarquer prochainement un second opus déjà présent au Japon.