Chronique du jeu Endless Ocean – fin

Les contrôles implantés sur Wii contribuent grandement à l’état de relaxation dans lequel vous êtes lorsque vous jouez à Endless Ocean. En fait, seule la Wiimote est utilisée pour l’ensemble des actions. En jouant, il n’est pas impossible de siroter un café sans être handicapé une seule seconde. Le pointeur permet de diriger son personnage alors que B sert à avancer. Voilà, vous pouvez explorer la mer. Il y a bien évidemment d’autres actions à effectuer de temps à autre. Par exemple, pour en apprendre davantage sur un poisson, il suffit de secouer la manette tout en appuyant sur A. Le bouton 1 permet d’accéder à la carte complète lorsque la boussole ne suffit pas, alors que le bouton + est parfois utile pour zoomer à un endroit bien précis.

Le schéma de contrôle est donc idéal pour vous et votre copine. Malheureusement, la réactivité imparfaite permet de se demander si le Nunchuk n’aurait pas été utile. Les problèmes surviennent lorsque vous déplacez le pointeur aux extrémités de votre écran. Le pointeur en question a tendance à disparaître, laissant votre plongeur sans direction pendant quelques secondes. Heureusement, au fil du temps, vous finirez par améliorer votre prise en main, réduisant considérablement le nombre d’occasions où ce problème survient.

Endless Ocean en  ligne

L’inclusion d’un volet en ligne, via la connexion Wi-Fi Nintendo, surprend. Endless Ocean permet à deux joueurs de plonger ensemble à distance. En fait, vous pouvez inviter un ami sur votre bateau ou vice versa, pour ensuite pénétrer dans l’eau à la recherche de beautés sous-marines en équipe. Il est toutefois dommage que le chat vocal soit toujours impossible sur Wii. Vous devez donc vous contenter de seize commandes, comme « This is fun! » et « Follow me! » pour communiquer avec votre collègue.

Explorer Manoa Lai Island n’aurait jamais été aussi plaisant avec des graphiques laids. Heureusement, sous l’eau, Endless Ocean est visuellement très jolie pour un jeu Wii. Bien qu’ils ne soient pas suffisamment détaillés à mon goût, les environnements sont tous très agréables pour les yeux. Certains, comme la cave de la sirène, sont carrément époustouflants. Les effets de lumière donnent l’impression d’y être. Les poissons sont tous très bien représentés, de sorte qu’il est possible de les identifier immédiatement lorsqu’ils apparaissent à l’écran. Les animations, autant celles des plongeurs que des poissons, sont totalement convaincantes. Bizzarement, tout ce que je viens de dire prend le bord lorsque vous sortez de l’eau. Lorsque vous vous déplacez sur votre petit voilier et que vous interagissez avec Katherine, vous avez l’impression d’être de retour en 2002 avec un jeu PlayStation 2. D’abord, l’aliasing est partout. Puis, les animations deviennent tellement non naturelles que c’en est drôle. Kat marche comme une mannequin sans talent, alors que votre plongeur se déplace en étant raide comme une barre.

Ambiance sonore et musiques

Les différents effets sonores sont une réussite. Ils vous mettent dans l’ambiance d’une plongée sous-marine. À chaque instant, vous entendez la respiration du plongeur. Puis, certains gingles sonores contribuent à amplifier un moment intense. La découverte de votre première baleine ne laissera personne indifférent grâce à une composition inspirée et inspirante. Reste qu’il est fort possible que la trame sonore, composée par Hayley Westenra, une soprano néo-zélandaise, vous déplaise. Selon moi, la musique de départ est tout à fait adéquate, bien qu’un peu répétitive. Cela n’est pas un problème, puisque Endless Ocean est le deuxième jeu de Nintendo à permettre l’importation de sa propre musique avec une carte SD. Vous pouvez donc écouter du death metal sous la mer ou une violoniste de si c’est votre souhait.

Pour être pleinement transparent, je dois avouer que j’ai inséré le disque de Endless Ocean avec des préjugés défavorables. Comme ma critique l’indique, j’ai été agréablement surpris. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’un jeu dont l’élément central est d’explorer le fond des mers puisse devenir aussi accrocheur tout en devenant une session de relaxation. Il est quand même important de relativiser : bien qu’il soit offre une expérience unique, Endless Ocean présente un concept très simple. Après une dizaine d’heures, vous aurez le goût de passer à autre chose, à moins d’être un amateur de créatures aquatiques qui tient mordicus à trouver tous les poissons du jeu.