Test de Sports Champions – fin

Parmi les attractions les plus inattendues de Sports Champions, la pétanque tient une place de choix. Ce n’est pas vraiment le genre d’activité à laquelle on s’attendait dans une compilation sensée nous donner envie de bouger. Si certains seront ravis d’y voir une bonne excuse pour siroter une boisson anisée, d’autres se concentreront un peu plus sur le défi offert par le terrain qui ne se limite pas au classique bac à sable. En effet, nous avons affaire à une sorte de pétanque “sauvage” qui se joue sur des terrains en pente ou remplis d’objets pouvant gêner le jeu. Ainsi, il faudra souvent trouver un moyen de contourner une poubelle ou un banc pour approcher ses boules du cochonnet. Ce n’est pas l’activité la plus passionnante, ni la plus nerveuse, mais on y trouve du plaisir tout de même sur de courtes sessions, sachant que le Move suit bien nos gesticulations.

Pour terminer le tour d’horizon des six épreuves disponibles, il est temps de passer à la plus originale et la plus ratée. Les combats de gladiateurs sont jouables à un ou deux Move, sachant que dans le second cas, l’un contrôlera l’arme et l’autre le bouclier. Pour faire simple, les coups sont imprécis, le rythme totalement mou et la jouabilité est à revoir. On arrive difficilement à évaluer la distance ou la puissance de frappe et parfois, il suffira juste de frapper dans les jambes pendant tout le combat pour l’emporter. Quelques coups spéciaux sont sensés venir rendre le tout plus dynamique, mais on s’ennuie ferme. Même les bonnes choses comme la garde et la parade pouvant entrainer la destruction du bouclier ne suffisent pas à sauver ces combats de la palme de l’épreuve la plus désastreuse.

Ceci n’est pas un Mii

La preuve la plus flagrante que Sony veut se démarquer de Nintendo et Microsoft provient des graphismes. Effectivement, si on a déjà vu que Sports Champions offrait un défi plus important que le party game de base, les graphismes sont plus réalistes que chez ses concurrents. Les personnages utilisés comme avatars sont à peine déformés, tout au plus, on aura un cow-boy avec des bras larges comme des cuisses. Les décors sont colorés et très agréables à l’œil dans la majorité des cas sans tomber dans le flashy ou le fluo. Graphiquement, le jeu est donc à l’image du reste du contenu, pas follement original, mais largement au niveau de ce qui se fait chez la concurrence tout en se tournant vers ceux qui veulent autre chose que des Miis ou Avatars évoluant dans des environnements aux couleurs parfois trop criardes.

Sports Champions est donc une réussite indéniable pour accompagner la sortie du Move. Aussi fun qu’exigeant dans la majorité des activités proposées, il ne pêche au final que par son manque d’épreuves. Six sports, c’est bien trop peu pour un jeu vendu à part et si l’ensemble est bon, les combats de gladiateurs sont le gros point noir de cet épisode. Bien que le soft propose une vraie marge de progression par rapport à un Wii Sports Resort, il n’a pas encore son contenu pour rivaliser sur le long terme. Dans tous les cas, Sony réussit à prouver que son Move n’est pas qu’une simple copie de la Wiimote et qu’il apporte un vrai plus en termes de précision. Il reste à transformer l’essai avec de nouveaux jeux maintenant.

Note finale
7 / 10

En plus de prouver que le Move est plus précis qu’une Wiimote, même équipée du Wii Motion Plus, Sports Champions se révèle être un très bon jeu de sport. Si on peut lui reprocher de n’avoir que six disciplines, comprenant tout de même des sous-activités, et surtout d’inclure des combats de gladiateurs ratés, pour le reste, nous avons affaire à du très bon. Tennis de table et beach-volley offrent ainsi d’excellentes sensations et un vrai défi pour les amateurs de challenge mais on est loin d’un Virtua Tennis  . Le disc-golf, la pétanque et le tir à l’arc n’apportent rien d’original mais permettent à l’ensemble de la famille de s’amuser sans avoir besoin de courir dans tous les sens. Le PlayStation Move répond très bien et les joueurs s’amusent tout en remuant devant leur console, pari réussi donc.

On a aimé
  • La précision du Move
  • Le tennis de table et le Beach Volley
  • Accessible tout en offrant un véritable challenge
On n’a pas aimé
  • Six sports seulement
  • Les épreuves de gladiateurs
On s’en tape
  • Pas de concours en discothèque pour aller avec la boule
  • Pas de Mii ou d’avatar