Avis sur PRINCE OF PERSIA : RIVAL SWORDS – fin

Suite de notre chronique sur Prince of Persia , rival Swords  :

Le jeu n’a pas perdu ses deux principes de bases, “Dark Prince” et les sables du temps. Pour ceux qui l’ignoraient encore, la grosse nouveauté de ce troisième épisode est l’apparition du Dark Prince, Prince obscur pour les anglophobes. En plus du Vizir, vous devrez donc en démêler avec votre alter ego apparu suite à votre contamination par les Sables du Temps. C’est bien joli, mais à quoi ça sert ? Ce personnage vous sera plus qu’utile dans le jeu. Tout d’abord, il est beaucoup plus fort que le Prince “de base”, pendant les phases de combats il ne peut utiliser qu’une seule arme : une chaîne bien plus puissante que n’importe quelle autre arme, qu’il maniera à merveille contre multiples ennemis, déclenchant d’énormes dégâts alentours, cette chaîne pourra également servir de grappin pour vous accrocher aux lustres ou actionner des interrupteurs lointains. Il est également possible, avant de débuter une phase de combat, de vous approcher d’un ennemi sans vous faire remarquer.

Si vous parvenez à arriver juste derrière lui sans qu’il vous voit, l’écran deviendra un peu jaune, ce qui signifie que vous pouvez essayer de l’éliminer à l’aide d’une attaque éclair en agitant brièvement le Nunchuk pour amorcer votre attaque au ralenti puis en exécutant un rapide mouvement à l’aide de la Wiimote pour achever le vilain. Ce coup spécial est d’autant plus spectaculaire lorsque vous utilisez les murs ou les barres dans vos éliminations éclair. À tout cela, il fallait tout de même ajouter une difficulté. Dès que vous êtes sous la forme du Dark Prince, votre barre d’énergie ne cessera de descendre au fil du temps. Pour en récupérer, il suffit d’amasser un peu de sable du temps que vous trouverez soit en battant des ennemis, soit en cassant des objets.

En plus de servir à raviver notre Dark Prince, les sables du temps ont d’autres pouvoirs, surtout lorsque vous êtes sous la forme du Prince normal. Dès que vous serez en possession de la dague du temps, des réservoirs apparaîtront vers votre barre d’énergie. Vous l’aurez compris, à chaque fois que vous récolterez des sables du temps, un réservoir se remplira. Il y a au maximum 6 réservoirs disponibles (vous les débloquerez au fil de l’aventure). Ces sables ont donc plusieurs fonctions : tout d’abord, ce n’est pas nouveau et ça reste celle à laquelle on fait le plus souvent recours, la possibilité de remonter dans le temps, une action plus qu’utile dans un jeu comme celui-ci où les figures acrobatiques s’enchaînent et ne sont pas toujours très faciles à exécuter. Donc, si par malheur vous ratez une barre ou un rebord, pas de problème, vous pouvez remonter le temps (environ cinq secondes) pour repartir de votre point de départ. Ensuite, le mode ralenti qui, en échange d’un réservoir, vous permettra de jouer avec l’espace temps pendant quelques secondes, ceci pouvant être utile pour passer des portes qui se referment ou encore pour abattre des ennemis qui se déplacent très rapidement à vitesse normale. Enfin, des attaques très puissantes peuvent être déclenchées à l’aide de plusieurs réservoirs, mais vous les utiliserez beaucoup moins que les deux premières tant elles sont peu utiles mais surtout tant on aime faire de grosses scènes de combats.

Prince of Persia  a-t-il vraiment un point faible ?

Oui, il en a un, il réside dans son contenu. Comme beaucoup de jeux d’aventure, le titre ne dispose pas de mode multijoueurs, et encore moins de mode online. Du point de vue du jeu solo, on ne peut pas dire non plus que le jeu est court mais long non plus, il dispose d’un scénario avec de solides bases, l’aventure est assez variée entre les phases de combats, de voltige, du Dark Prince ou encore les courses de char mais malgré cela on a l’impression d’être resté sur sa faim lorsqu’on arrive au bout. Pour être franc, on ne voit pas vraiment les heures passer… Le problème est là : au début du jeu, on nous propose 3 modes de difficultés. En hésitant, j’ai personnellement pris l’option de ne pas passer par le mode facile et de directement commencer au mode moyen. Et bien je peux vous dire que c’est le minimum. Je vous inciterais presque à commencer par le mode difficile pour en profiter le plus longtemps possible.

Un dernier petit paragraphe consacré à une option rarement évoquée mais à mon avis très importante dans ce jeu : la gestion des caméras. Dans Prince of Persia Rival Swords, les développeurs ont eu une idée plus qu’intéressante, la caméra est gérée à l’aide de la Wiimote. Le principe est simple, pour faire pivoter la caméra vers la gauche, il vous faudra incliner la Wiimote vers la gauche, et naturellement la même chose pour la droite, mais aussi pour le haut et le bas. Le système a été critiqué par certains car il peut être trop sensible et nous gêner mais personnellement, une fois l’habitude prise, ce système est plus que merveilleux à manipuler et nous offre une nouvelle dimension au jeu. Vraiment, rien de plus naturel ! Ce qui conclut donc que le pari de rendre ce Prince of Persia Wii plus maniable que ceux des autres versions est, pour moi, amplement réussi !

conclusion

L’annonce du remake de Prince of Persia : Les Deux Royaumes sur Wii était intéressante, mais sans plus. Il faut dire qu’on avait un peu peur de ce qu’allait être le nouveau gameplay d’un jeu qui était déjà très maniable à la base. Mais alors ! Quel résultat ! À côté de ça, le jeu n’a rien perdu de sa sublime avec son univers merveilleux, tant par sa grandeur que par sa beauté. Le seul point faible du jeu peu résider dans l’impression de courte durée de vie tellement le jeu est facile, même en mode normal, et qu’on en voulait plus… Le jeu d’aventure sur Wii à posséder !