Avis sur Pocket Kingdom : Own the World

Annoncé comme le premier MMORPG (RPG massivement multijoueurs) sur N-Gage, Pocket Kingdom innove complètement dans le genre en proposant un système de jeu très particulier, des options uniques et surtout le must de la N-Gage Arena : la possibilité de jouer online en temps réel !

prise en main Pocket Kingdom

 

La première chose à noter est que Pocket Kingdom se différencie beaucoup de la plupart des RPG par une approche complètement différente, notamment plus tactique. En effet le jeu ne permet pas à des personnages de se déplacer directement sur une carte mais se cible beaucoup plus sur les menus, la gestion d’une armée et la guerre entre royaumes.

Ceci peut effectivement décontenancer un certain nombre de joueurs mais le seul fait d’être online rend le système génial et prenant. Si le mot « menu » ne vous plait pas, ne vous arrêtez pas ici mais lisez jusqu’au bout car vous êtes loin d’avoir encore tout découvert… Mais avant d’énumérer toutes les possibilités qu’offre le jeu, voyons un peu le scénario sur lequel il est basé et qui vous semblera des plus original.

Le monde virtuel sur lequel vous arrivez existe déjà depuis belle lurette et nombre de combats se sont déroulés sur ses terres. Or un événement des plus important s’est produit depuis peu : un joueur du nom d’Ulgress, duquel est d’ailleurs tiré le nom de la carte, ainsi que quelques uns de ses amis griefers (représente une personne qui se bat contre les nouveaux et faibles arrivants afin de gagner facilement) ont été bannis du jeu et la pagaille s’est installée dans le monde. C’est ainsi que vous profitez de la situation et héritez d’un petit château, au fin fond du monde… Avec très peu de moyens et d’unités à votre disposition, vous suivrez les conseils de votre assistante personnelle afin d’apprendre les règles de base et sortir du trou perdu où vous vous trouvez. Après une certaine expérience acquise hors-ligne, vous pourrez enfin voler de vos propres ailes et vous attaquez aux royaumes des autres joueurs dispersés partout dans le monde.

Voilà en gros, dans un contexte chaleureux et plutôt original ce qui vous attend tout au long de Pocket Kingdom.

 

Après les menus…


pocket1Comme vous l’avez compris le jeu est assez « spécial » et compliqué pour un nouveau joueur surtout s’il n’aime pas les RPG. Sega a pensé à tous ces pauvres n00bs et a conçu son jeu de manière à permettre l’apprentissage du jeu en solo afin que personne ne débarque sans connaissances au milieu de la bataille online. C’est la raison pour laquelle il vous faudra atteindre la 3e ville et battre son boss pour pouvoir vous mesurer avec les autres joueurs.

Bien entendu vous ne serez jamais lâchés dans la nature (et surtout pas au début !) mais accompagné d’une charmante demoiselle, votre fabbis, qui vous expliquera tout en détail. Ces détails viendront au fur et à mesure de votre avancée afin de vous laisser le temps à chaque nouveauté. En gros votre but est de battre toutes les villes de la carte, qui d’ailleurs est assez gigantesque, en « ownant » leurs monstres et leurs boss. Pour cela il vous faut tout d’abord acheter une armée puis augmenter son niveau. Plus de 100 unités sont disponibles dans votre château : des Golems, des archers, des dragons, des prêtres…le choix est vaste et c’est à vous d’être assez perspicace pour créer l’armée la plus puissante qui existe.

Puis grâce à des objets que vous fabriquerez dans votre laboratoire, vos unités pourront évoluer et ainsi devenir plus puissantes que jamais. Ce processus présente tout de même un défaut : plus vous améliorez les capacités de vos hommes, plus ils prendront de place dans votre équipe ce qui reviendra à en réduire le nombre. En clair une équipe peut comporter jusqu’à 4 guerriers mais certains d’entre eux prennent 2 voir 3 places et c’est à ce moment que vous serez confrontez à un choix difficile : la quantité ou la qualité…