Avis Perfect Dark Zero suite

suite de la revue de Perfect Dark Zero  :

Malheureusement tout n’est pas rose dans le monde de Joanna Dark, et le jeu phare du géant américaine pour ce lancement se voit entaché de pas mal de petits défauts et surtout d’un gros, qui viennent un peu ternir la qualité du titre.
En effet, comme on avait pu le constater dans les différentes démos jouables, l’I.A. est à la rue. Autant vos adversaires auront parfois des réactions remarquables, n’hésitant pas à donner l’alerte pour appeler du renfort ou à venir vous déloger de votre planque, autant très souvent ils se comporteront de façon pitoyable.
C’est assez rageant de voir ce genre de comportement sur une console dite de Nouvelle Génération, surtout pour un titre aussi ambitieux, mais toujours est-il que malgré ça je n’ai pu m’empêcher de prendre un plaisir incommensurable à évoluer dans ce jeu.
Autre bémol de ce FPS : l’utilisation de véhicules demeure malheureusement bien trop anecdotique puisque s’il vous sera possible de piloter un hovercraft, répondant d’ailleurs merveilleusement bien à vos sollicitations, cette opportunité interviendra bien tardivement (environ à la moitié du scénario) et sera surtout le seul engin pilotable. Un constat un peu maigre donc qui, s’il ne gênera pas plus que ça dans la campagne solo, risque bien d’handicaper considérablement le multijoueurs.

Future référence du Xbox Live ?

Ces modes multijoueurs justement devront pourtant grandement participer au succès de Perfect Dark tant ils sont variés et prenant.
Le mode coop déjà vous permettra de jouer ou rejouer les missions, bien souvent selon deux points de vue différents. Par exemple le niveau des toits fera incarner Joanna à l’un des deux joueurs qui évoluera donc sur les toits et le second prendra les traits du père et se déplacera au sol. Ce système apporte énormément à ce mode et devrait, du moins on l’espère, faire des émules auprès des développeurs de studios concurrents.
Enfin le Xbox Live risque bien de tourner à plein régime avec ce titre de Rare proposant des modes assez classiques s’articulant autour du Death Match tel que Capture de Drapeau, Territoire, Deathmatch, TeamDeathmatch, etc., le tout paramétrable à souhaits (nombre de joueurs, types d’armes, ajout de bot ou non, …) et pouvant accueillir jusqu’à 32 joueurs simultanément. De plus, option vraiment intéressante : La taille des maps s’automatise en fonction du nombre de joueurs. De ce fait vous pourrez jouer sur n’importe quelle carte sans avoir à galérer pour trouver vos ennemis lorsque vous jouez à 4 sur une map pouvant accueillir 32 personnes.
Puis il y a le DarkOps qui à l’instar de Counter Strike apportera son lot de stratégie puisque vous pourrez acheter des armes en fonctions des crédits remportés, sachant que shooter un adversaire augmentera votre capital et tirer sur un coéquipier le fera descendre.
Les différents modes du Dark Ops seront l’éradication où le but sera d’éliminer tous les joueurs de l’équipe adverses, Impact où l’une des deux équipes sera désignée pour défendre un lieu et l’autre pour l’attaquer, Infection qui se joue en chacun pour soit où chaque joueur tué revient dans la partie en étant infecté d’un virus qu’il doit transmettre aux autres et enfin Sabotage où une équipe tentera de détruire des installations et l’autre l’en empêchera.
Bref vous l’aurez compris, avec ses nombreux modes de jeu, sa liberté de paramétrage et la possibilité de jouer jusqu’à 32, voire même d’ajouter des bots risque bien de faire connaître la gloire à ce Perfect Dark Zero qui a peut être bien tous les atouts pour reprendre le flambeau au MasterChief.

Technique
Des graphismes somptueux associés à des animations très réussies et un moteur physique incroyable, ce Perfect Dark Zero nous en met plein la vue et nous rassure sur le potentiel de la 360. Quelques bugs de ci de là traduise la sortie en catastrophe mais rien d’handicapant.
Gameplay
La jouabilité en elle-même est sans faille grâce à l’apport indéniable des roulades, de la possibilité de se mettre à couvert et à un arsenal extrêmement riche et varié. Cependant le manque cruel de véhicules et surtout l’intelligence artificielle qui sombre un peu par moment vient ternir le tableau.
Ambiance sonore
Musiques et bruitages excellents mais des voix françaises parfois médiocres assez étonnamment d’ailleurs de la part d’un titre ayant de telles ambitions. L’ambiance sonore par contre est très immersive avec des ennemis qui parlent, commentent vos actions, parfois même avec humour, etc.
Durée de vie
Un mode solo découpé en une douzaine de missions qui devraient vous donner du fil à retordre, un mode coop novateur et très bien pensé ainsi que de nombreux modes online jusqu’à 32 joueurs qui devraient, selon moi, installer ce Perfect Dark en tête des jeux les plus joués sur le Xbox Live.
Intérêt
Avec Perfect Dark Zero, Rare nous pond un FPS original et accrocheur, mêlant habilement l’action et l’infiltration et servi par un gameplay aux petits oignons et des armes jusque là jamais vu auparavant. Le scénario aurait pu être meilleur mais s’en sort plus qu’honorablement tout de même, d’autant plus qu’il est tout de même très agréable d’en apprendre un peu plus sur la belle Joanna dans cette aventure se situant chronologiquement parlant avant l’épisode Nintendo 64.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.