Avis sur Final Fantasy XIII

le paradoxe du jeu Final Fantasy XIII

Depuis la sortie de Final Fantasy VII, chaque nouvel épisode de la série fait rentrer le RPG japonais de plein pied dans une nouvelle dimension. Cette prise de risques, qui régit souvent la direction que prendra le genre pendant les années à suivre, n’a jamais laissé indifférent et a toujours soulevé de nombreuses polémiques chez les joueurs. Final Fantasy X instaurait ainsi un univers inédit, plus coloré qu’à l’habitude, le personnage principal étant un digne représentant du genre tecktonik, qui n’existait alors pas encore. S’en suivirent de nombreuses critiques à propos de la direction artistique prise par Square Enix, et l’arrivée de la licence sur PS2 ne fût pas de tout repos. Vînt ensuite Final Fantasy XII et ses immenses espaces libres, que beaucoup n’aimèrent pas. Paradoxalement, les personnes habituellement hermétiques au bébé de Square Enix furent plutôt enthousiasmées par cette soudaine possibilité de voguer dans un monde immense, sans chemin prédéfini.

final-fantasy-13L’arrivée de la PS3 fut bien entendue accompagnée de son annonce d’un treizième épisode pour la série fédératrice de tous les amoureux de RPG japonais, et l’attente suscitée par le titre fut comme à son habitude des plus importantes. Sorti il y a trois mois au Japon, FF XIII y avait trouvé 1,8 million d’acquéreurs en deux jours seulement et un marché de l’achat de gils pas cher en explosion… Dans le même temps, il a déchaîné les passions, entre pur émerveillement pour certains et déception pour de nombreux autres. Le dernier né de Square Enix n’a pas fait l’effet que l’on en attendait, mais qu’en est-il vraiment ?

Autant le dire d’emblée, le parti pris par Square Enix a de quoi décontenancer. On pouvait s’en douter un peu, mais l’équipe en charge du projet, dirigée par Toriyama et Kitase, a pris le parfait contrepied de l’épisode XII pour nous proposer une aventure beaucoup plus dirigiste. Ne vous attendez pas, ici, à trouver de grandes étendues et à vous promener au gré de vos envies, ni même à prendre un salvateur repos dans un village peuplé d’autochtones à qui il fait bon parler. En effet, le sentiment qui prédomine dans Final Fantasy XIII est l’urgence.

L’univers Final Fantasy XIII

L’univers dans lequel prend place l’histoire est divisé en deux mondes que tout oppose. D’un côté, Cocoon, havre apparent de paix et de bien-être, merveille technologique, accueille la plus grande partie de l’humanité, qui a fui la planète Pulse, hostile et sauvage. Le Sanctum, une organisation militaire toute puissante, s’efforce de faire disparaître toute chose ayant un quelconque lien avec le monde d’en bas, afin de garantir la paix aux habitants de Cocoon. Lorsqu’un fal’Cie de Pulse arrive sur la cité volante, le Sanctum décide immédiatement d’organiser une Purge afin d’expatrier toutes les personnes qui pourraient avoir été en son contact.

final-fantasy-cocoonC’est à ce moment que débute l’histoire de Final Fantasy XIII, nous plongeant dans un train aux évocations macabres qui dirigent des dizaines de personnes vers un monde inconnu. Le rapprochement avec les déportations est inévitable et plonge d’emblée le joueur dans un scénario sombre, qui s’annonce plus mature que nombre de ses comparses. Parmi les personnes présentes se trouvent Lightning et Sazh, deux des principaux protagonistes de cette aventure. Un peu plus loin, des résistants, peu enthousiastes à l’idée d’être déportés, se battent contre le Sanctum. On y retrouve Snow, Vanille et Hope, les trois autres personnages que nous suivront tout au long de l’aventure.
Chaque personnage a son histoire propre qu’il est intéressant de connaître avant de se lancer dans l’épopée. Snow lutte contre la déportation massive des habitants de Cocoon. Il cache sa maturité derrière un air de trublion, ce qui le rend parfois insupportable. Lightning, elle, peut être considérée comme son opposé. Ancienne soldat, elle est toujours calme, voire parfois arrogante et vindicative. Hope est un jeune garçon dont on sait peu de choses au début, tout comme Vanille, qui est de loin la plus suante de toutes mais qui semble avoir une volonté et un optimisme inaltérables. Enfin, si l’on ne sait rien de Sazh au début, si ce n’est qu’il trimballe un chocobo dans sa coupe afro, nous en apprendrons rapidement plus, et derrière ce grand black à priori peu intéressant se cache une histoire tout à fait surprenante.

Un bref instant, l’histoire de ces cinq protagonistes ne sera plus qu’une, les emmenant tous dans les entrailles du fal’Cie de Pulse à la recherche de Serah, la soeur de Lightning et la fiancée de Snow. Ils se retrouveront alors tous liés par un sceau maudit qui fera d’eux des l’Cie. Ces êtres marqués à jamais ne sont autres que des serviteurs des fal’Cie de Pulse et donc des ennemis de Cocoon, obligés de réaliser la quête qui leur a été confiée sous peine de devenir des monstres qui n’ont plus grand-chose d’humain : les Cieths. Dans ce Final Fantasy le destin de chacun se liera et se déliera au gré de leur quête et des événements qui surviendront pendants celle-ci. Si tous ont leurs propres motivations, ils se rendront compte au bout d’un temps que leurs objectifs convergent vers un même point donné, qui les verra enfin se réunir pour ne former plus qu’une seule équipe. Avant cet instant fatidique, les protagonistes iront chacun de leur côté ou presque, des petits groupes pouvant se former en fonction des affinités de chacun.

Vous serez donc amenés à les suivre individuellement, dans une histoire qui vous dirigera où bon lui semble sans jamais vous laisser la possibilité d’influer sur les événements.

à suivre…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*