Avis sur le jeu Chime

Faute de médiatisation, certains jeux sortent dans la plus grande indifférence alors qu’ils se révèlent être de véritables pépites. Chime fait parti de ceux là et mérite que l’on répare cette injustice dans nos colonnes.

C’est au détour d’une visite sur les nouveautés Xbox Live Arcade que les joueurs peuvent tomber sur Chime, jeu dématérialisé proposé au tarif étonnant de 400 MSP seulement, et ce sans figurer dans un Deal of the Week ou autre promo du moment. Quant on sait en plus que 60% des bénéfices du jeu sont reversés à des associations caritatives pour l’enfance, on se dit qu’à si petit budget le titre de Zoë Mode doit faire pâle figure. Malgré les préjugés, la curiosité l’emporte et, une fois la version d’évaluation récupérée et lancée, le véritable avis peut se faire et l’agréable surprise être partagée.

 Tetris vs. Lumines

 A mi-chemin entre Tetris et Lumines, Chime emprunte au premier le principe d’empilement et au second l’aspect musical. Demandant de créer des pavés sur fond de Moby, Philip Glass ou encore Paul Hartnoll d’Orbital, pour « colorier » et remplir le plateau de jeu, le principe de Chime n’a à priori rien de transcendant. A défaut d’un turotial permettant de saisir toutes les subtilités du jeu, il faut donc une fois de plus faire fi de la première impression et poursuivre l’expérience pour pleinement en profiter.

Contrairement aux deux titres dont il s’inspire, Chime n’impose pas de délai et ne fais pas subir à ses pièces alambiquées la dure loi de la gravité. Vous avez donc en théorie tout votre temps pour tourner et positionner vos pièces sur une grille aux formes plus ou moins complexes selon le niveau choisi pour former des blocs devant faire au minimum trois par trois. Une fois le bloc crée, une jauge se remplit à l’intérieur de celui-ci pour le matérialiser et c’est là qu’intervient la subtilité du jeu et surtout la contrainte temps. En effet, tant que la jauge n’est pas pleine il est possible d’agrandir le pavé en rajoutant des pièces tout autour qui auront pour cause de réinitialiser la jauge et vous donner ainsi encore plus de temps pour transformer votre briquette de départ en véritable muraille rapportant un maximum de points. Une fois la jauge pleine, l’espace occupé sera nettoyé dès lors que la barre de rythme (strictement identique à celle de Lumines pour le coup) l’aura parcouru. La zone ainsi complétée sera alors coloriée, l’objectif de Chime étant à la base d’obtenir le meilleur taux de remplissage pour multiplier les grilles et débloquer le niveau suivant.

Mini-prix mais il fait le maximum

Si le principe peut paraître un brin complexe à comprendre sur le papier, il devient vite intuitif une fois les premières parties réalisées, et c’est là l’un des points fort de Chime. Au-delà de la chasse au score mettant à profit l’expérience et les découvertes réalisées durant un apprentissage continu, le jeu a un déroutant aspect addictif qui fait que l’on y revient plus que de raison. L’excellent choix de musiques et la manière dont on interagit avec les pistes audio n’est pas innocent dans tout ça, la forme, la taille et l’emplacement des blocs crées ayant des impacts différents sur la mélodie. Seul regret, ces musiques ne sont pour le moment qu’au nombre de cinq et on ne rechignerait pas à télécharger de nouvelles pistes pour prolonger les déjà nombreuses heures de jeu concédées.

CONCLUSION

Plus qu’un jeu, Chime se révèle être une expérience musicale interactive intéressante, offrant de précieux moments de détente entre deux parties de jeux bien plus bourrins. Abordable avec un concept simple, le jeu intéressera également les chasseurs de scores qui devront alors jongler avec les nombreuses mécaniques du jeu (agrandissement de blocs en cours, multiplicateur, gestion des résidus à conserver). Difficile à vendre sur le papier tant il faut vivre son expérience, Chime a le mérite d’être vendu à tout petit prix et, si vous hésitez encore, on ne peut que vous conseiller d’essayer la version d’évaluation librement mise à disposition.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*