test de Crackdown suite

Graphiquement aussi Crackdown a le mérite d’être totalement atypique (et ça ne plaira probablement pas à tout le monde), le rendu est un mélange de cell-shading et de graphisme dit « réaliste ». C’est une sorte de placage de textures simples et bariolées sur des modèles en 3D, rien à voir avec un jeu en pur cell-shading comme Jet Set Radio donc. Et ça contribue grandement au trip super héros que le gameplay impose puisqu’on se croirait en plein dans une bande dessinée. Et ce jusque dans le moindre petit détail comme les petites fissures qui apparaissent sur le sol à la réception de notre personnage suite à un énorme bond, classe

Les ralentissements sont rares (des petits interviennent lors des grosses phases de shoot avec plein d’explosions), les temps de chargement inexistants malgré un terrain de jeu conséquent, il y a juste parfois un peu de clipping (décor ou objets qui surgissent à l’image au dernier moment) mais c’est suffisamment rare et discret. La distance d’affichage en impose et du haut de la plus haute tour de Pacific City on ne peut pas ne pas apprécier apercevoir les PNJ et les bagnoles au loin mener leur petite vie sur les 3 îles que l’on distingue parfaitement. En parlant de ça c’est sans conteste le GTA-Like (ou le jeu d’action si vous le considérez comme tel) où l’on croise le plus de PNJ (Personnage Non Joueur pour les incultes) à ce jour. Respect. Un certain niveau de détail leur a même été apporté, j’ai par exemple croisé un type se jeter du haut d’un toit pour se suicider, on voit des couples bras dessus bras dessous, si on bouscule certains d’entre eux ils font des bras d’honneur etc…

Duo d’enfer

Si l’action est en partie originale elle est un peu répétitive en dépit d’un level design relativement bien varié (centre ville, usines, montagnes, plage etc…). Tuer des chefs de gangs, même en ayant des super pouvoirs, même s’ils sont situés à des endroits variés, ça peut devenir lassant. Surtout qu’il n’y a vraiment pas de scénario, on aurait aimé avoir des missions scénarisées qui nous auraient fait vivre des courses poursuites spectaculaires sur les toits par exemple, des missions qui auraient exploité le gameplay avec une histoire derrière. Mais bon tant pis on s’en passera, le jeu est assez amusant pour qu’on ferme les yeux, y compris sur la durée de vie qui nous laissera torcher le tout en pas plus de trois ou quatre belles après-midi (c’est tristement à la mode). On pourrait aussi décrier le fait qu’il n’y ait que des véhicules à quatre roues, mais franchement on s’en fout pas mal vu que l’on passe le plus clair de son temps à pieds à sauter partout comme un taré. Ceci dit il aurait été amusant de fracasser des avions en sautant dessus…

En fait, plus que de tuer les chefs de gangs, on s’amusera bien plus à faire le con grâce aux super pouvoirs d’homme génétiquement modifiés, on se lance des challenges perso du style grimper au sommet de tel bâtiment etc… Et c’est aussi ce qui devient le plus amusant dans le mode coop’. A l’instar de Mass effect 2 on pourra jouer entièrement le mode solo en link ou sur le Xbox Live avec un pote (coop’ jouable à 2 maximum). Ici n’importe quel joueur pourra venir nous prêter main forte à tout moment et quitter la partie en nous laissant finir seul n’importe quand (et vice versa). Les courses à pieds et courses sur routes prennent tout leur sens à deux, de même que ces petits défis qu’on se lance naturellement du style « le dernier arrivé à la grande roue est une grosse merde » ou « celui qui jette cette bagnole le plus loin a gagné ». L’évolution de son personnage n’interférera pas sur celle de son pote puisque, par exemple, les orbes d’agilité sont propres à chacun. Par exemple si je prend tel orbe que le deuxième joueur n’a pas eu, il restera visible sur son écran pour qu’il puisse lui aussi en profiter, tant mieux.

Pour ce qui est du multijoueur « classique » il s’arrête à un classement en ligne où l’on pourra comparer ses chronos. Mais quels chronos bon sang de bois ? Et bien ceux d’une sorte de mode Time Attack qui chronomètre le temps que l’on met à tuer tel chef de gang et ceux des courses à pieds et courses sur routes aussi bien en solo qu’en coop’. Ca reste basique et globalement inintéressant pour ce cas précis. A noter pour finir la présence d’achievements qui ne donnent pas de points (« achievements secondaires » comme ils disent)… On pense alors au fait que Microsoft a indiqué il y a peu que le jeu ne comporte que 900 points et qu’un contenu téléchargeable gratuit sera mis en ligne prochainement comprenant les 100 points manquants… Il ne serait donc pas étonnant que Real Time Worlds ait du retirer 100 points à la va vite pour faire plaisir à leur éditeur, étrange…

Technique
Un mélange entre cell-shading et graphismes « réalistes » pour un rendu très atypique qui s’il ne fera peut-être pas l’unanimité colle extrêmement bien à l’ambiance super héros de comic-book, classe. Juste pour l’originalité ça mérite la note maximum. La ville est assez conséquente, le champ de vision est superbe (surtout du haut d’un gratte ciel) et il n’y aucun temps de chargement en court de partie, on constate rarement des ralentissements et le clipping, présent, sait se faire discret.
Gameplay
Sauter à des hauteurs vertigineuses, porter des bagnoles à bout de bras et les jeter à une bonne distance, jouer à jongler avec des cadavres (ou autres) à l’aide d’un lance roquette, faire des saltos en 4×4, un gameplay tout bonnement jouissif et simple à prendre en main. Cependant le système de visée est peut-être un peu trop automatisé, de ce fait son principe de localisation des dégâts n’est pas assez souple et au final très anecdotique.
Ambiance sonore
Les bruitages sont excellents, la voix off qui nous accompagne (en français) l’est tout autant mais à vrai dire la partie sonore est relativement discrète. Musicalement les voitures offrent une centaine de morceaux en pagaille, surtout electro donc pas vraiment variés. Correct dans l’ensemble.
Durée de vie
C’est une durée de vie assez particulière que voilà. Franchement courte si vous ne vous occuppez purement que de dézinguer les 31 chefs de gang (seul et encore plus à deux), mais infinie si vous souhaitez juste faire le con avec le gameplay (seul et encore plus à deux). Dans le deuxième cas on trouve toujours quelque chose de débile à faire, du plus gros tas de voitures possible à entasser jusqu’à un dérivé de basket-ball avec les boules de lumière des lampadaires, infini je vous dis.
Intérêt
Si vous cherchez un jeu pour vous détendre, pour faire des choses débiles, bref pour le fun, vous allez trouver Crackdown essentiel. Si vous cherchez un jeu où le scénario est important, où les missions sont variées, où tout est mis en scène, Crackdown n’est pas fait pour vous.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*