Genji : Days Of The Blade sur PS3

Malgré quelques imperfections, Genji s’est imposé comme une licence sur laquelle Sony compte au point de faire de cette suite l’un des jeux importants du lancement de la PS3. On pouvait dès lors s’attendre à un opus next-gen de qualité, mais autant le dire tout de suite, le contrat est loin d’être rempli.
Le retour du samourai
Passé l’intro psyché sûrement du à un excès de saké du directeur artistique, on retrouve Yoshitsune, le héros de Genji qui rencontre enfin son frère, un seigneur de guerre qui lutte contre les méchants Heishi que l’on pensait pourtant avoir vaincus. Les retrouvailles à peine entamées et notre samouraï rallié à la cause de son frère voilà que le temple où ils se trouvent est attaqué et qu’il va donc falloir ressortir le sabre du fourreau.
Des graphismes réussis
En entrant dans l’action on se rend compte du soin apporté à la réalisation graphique avec notamment de superbes effets de flammes. Les décors réussis globalement sont quand même un peu inégaux avec des passages assez plats en terme de level design et de recherche artistique et d’autres vraiment superbes. De plus ça a beau être très beau il n’y a pas non plus de fossé avec le premier épisode (déjà beau à crever il est vrai).

genji
Un gameplay totalement raté
La où le bat blesse vraiment c’est au niveau du gameplay, ce qui est quand même très dommageable au jeu. On a l’impression lors des premières séquences que c’est un chien qui filme les batailles avec une caméra très basse qui ne montre pas du tout l’action. On se dit que s’est pour faire stylé au début du jeu, mais non, en fait Genji 2 offre juste les pires angles de caméra vus depuis longtemps. Les cadrages ne montrent pas là où l’action se passe et la suivent encore moins de sorte que l’on ne voit que rarement les ennemis. Pire encore les combattants se révèlent tous assez lent, de sorte que les joutes sont loin d’être palpitantes. Il devient dès lors très dur et surtout très énervant de combattre des ennemis souvent nombreux et coriaces.
Un constat amer
Il y a bien l’ajout de deux nouveaux personnages jouables, la possibilité de switcher entre les persos à tout moment et un système d’évolution des persos et des armes toujours bien pensé, mais on a juste pas envie d’aller plus loin tellement le jeu est pénible à jouer. Reste de jolis graphismes et des musiques typiquement japonaises qui mettent parfaitement dans l’ambiance, mais il manque le principal à savoir le plaisir de jeu.

 

Technique
Un réalisation graphique de haut niveau, mais des décors un peu inégaux qui n’enterrent pas non plus ceux du premier opus.
Gameplay
La catastrophe : des angles de caméra totalement ratés et des combats assez lent et pénibles.
Ambiance sonore
Le meilleur aspect du jeu, on apprécie le choix entre le japonais et l’anglais et les musiques toujours parfaites bien que pas très originales.
Durée de vie
J’avoue ne pas être allé jusqu’à la fin, on peut imaginer un titre assez court à l’image du premier épisode, mais surtout on n’a pas envie d’aller au bout.
Intérêt
Une énorme déception, un beau jeu mais aucun plaisir de jeu.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.